13/09/2017

Chilouvision : Mêle-toi de tes fesses !

170912 Chilouvision Mele-toi de tes fesses (Bayern - RSCA 3-0) 1.jpg

On est combien à assister aux matches du Sporting, ma compteuse, mon arithméticienne, ma statistiquette ? Comment ? Beaucoup qui les voient mais toi tu les regardes ? Ce n’est pas exactement ce que j’appellerai répondre à ma question... Malheureusement, il semble que j’aie égaré au cours de mon déménagement, cette cravache qui a tant fait pour te rendre supportable. Dès lors, je me contenterai de te lâcher un petit sourire tout en me promettant de garder en mémoire ce déplorable manquement.

Or donc, puisque nous sommes « beaucoup » à nous revendiquer de la Mauvitude, nous sommes, dans la foulée, tout aussi nombreux à assumer le rôle d’entraineur de ce club que nous aimons d’un amour qui pour n’être pas charnel n’en est pas moins passionné.

Dès lors, j’aimerais que tu me détailles la manière de laquelle tu réagirais, ma coachette, mon entraineuse, ma salope, si un jour, un aréopage composé de personnalités importantes de la direction, te tenait à peu près les propos suivants :

–    Allez, notre catégorique, notre tranchante, notre exagérée, tu ne vas quand même pas laisser à la maison le merveilleux joueur qu’est Zperms alors que se profile un match de prestige conte le FC Brabant Quenast ?

–    Bah, il n’est pas en forme », justifierais-tu probablement ton choix. « En plus, il cause régulièrement aux journalisses de ‘La Première Minute’ pour me faire déféquer dans mes braies, c’est d’un agaçant achevé ».

170912 Chilouvision Mele-toi de tes fesses (Bayern - RSCA 3-0) 2.jpg

–    Des broutilles, que cela ! », te sourirait-on avantageusement. « Des gamineries, des enfantillages, des dix putes pour des quéquettes de bigarreaux. Songe que ce garçon nous a coûté un repas pour dix personnes au “Mieux que chez eux”, et on n’a pas besoin de te dire que ces pénibles sacripants culs-linaires utilisent un crayon à quadruple mine pour te composer des additions que seul un émir adore pour peu que dans son camp, on ne manque pas de concentration...

« Alors, nous t’en prions, revois ta position car là, si cela tourne mal, nous risquons d’éprouver quelques difficultés à te soutenir dans un futur postérieur pléonastique ».

Ça te ferait probablement grincer quelque peu des dents, ma râtelière, ma glabre du clapoir, ma pompeuse veloutée, mais étant donné que tu n’es certes pas une grosse connasse, ma lumineuse, ma délurée, mon infiniment neuronée, tu chipoterais sûrement durant au moins sept-douzièmes de seconde, avant de hocher la tête – à moins que tu ne sois d’humeur à branler le chef.

–    Pon, t’aggord », ferais-tu en prenant sur toi.

Plait-il ? Oh, désolé, je voulais dire « Bon, d’accord ».

Il n’empêche, que du coup, tu te trouverais avec la tronche vachement de biais par rapport à ce qui avait été annoncé à un parterre imposant de scribouillards de ‘Ouest Presse’, de ‘Le Matin’ et de ‘Vers le Passé’ – bref, toutes les gazettes du groupe ‘Gros Sel’ car tu avais envie de jouer un sale tour aux vilains bâvachards de ‘La Seconde Initiale’ dont que je t’ai déjà causé au sujet de leur propos que c’est tout des médisants qui font rien qu’à t’ennuyer.

170912 Chilouvision Mele-toi de tes fesses (Bayern - RSCA 3-0) 3.jpg

Mais pis que ça : ton revirement mettrait une pression énorme sur les épaules du dénommé Zperms car il serait évident pour tous qu’il n’aurait pas été ton choix si on t’avait laissée faire.

Heureusement, une telle situation ne risquerait pas de se produire dans le club magnifique qui t’occupe car dans cette organisation parfaitement structurée et respectueuse du travail de chacun, les dirigeants dirigent, les entraineurs entrainent et les joueurs jouent – ou pas, c’est toi qui décides.

 

Note post liminaire à l’attention des sournois, des malveillants, des lecteurs entre les lignes : toute ressemblance avec des personnes vivantes ou presque, ou avec des situations qui seraient survenues récemment au Sporting ne pourrait être que pures coïncidences tant on sait que l’auteur déborde d’une imagination nauséabonde.

Note retardataire : si le titre de la présente est au singulier, notre honoré lectorat est prié de ne pas s’en formaliser, car il s’agit là d’un simple effet de style. Il parait en effet improbable qu’une personne seule prenne l’initiative d’exercer une telle pression sur l’entraineur d’un club – et l’auteur tient à conserver au moins un semblant de crédibilité, amen.

 

 

Les commentaires sont fermés.