14/08/2017

Chilouvision : Mauvaise mine (was : Et la camionnette ?)

170813 Chilouvision Mauvaise mine (RCSC-RSCA 2-0) 1.jpg

Dans une vie plus ou moins bien remplie, on rencontre des gens plus ou moins intéressants. C’est ainsi qu’il m’est arrivé d’entretenir de longues discussions dont je n’ai rien retiré... Tu dis ? Mais non, je ne compte pas clôturer là-dessus, tu prends ce blog pour un site putaclic ?

Bon, où on en était ? Ah oui, donc un jour, il y a bien longtemps, je tombe sur une vieille connaissance. On cause de foot évidemment, on se connait suffisamment pour ne pas risquer une dispute en parlant de politique ou de dioxine – on n’avait pas encore inventé le fipronil – et pas assez pour entamer un colloque sur les mérites culiers de nos nanas respectives.

–    Ah, le foot et les entraineurs ! », m’assèna-t-il. « Ils croient tous qu’ils ont inventé l’eau chaude mais quand ils trouvent quelque chose qui marche, ils n’ont rien de plus pressé que d’en faire un système. Et je n’ai pas besoin de te dire que tous les systèmes...

–    Portent en eux-mêmes ce qui convient pour les rendre obsolètes », complétai-je parce que je n’avais pas envie qu’il me prenne pour le dernier des demeurés.

Je ne sais pas s’il a regardé l’heure et demie pesante qu’on vient de vivre à Charleroi, mais moi oui. Et cette micro-conversation m’est revenue en mémoire.

170813 Chilouvision Mauvaise mine (RCSC-RSCA 2-0) 2.jpg

On sait que le planning de cette saison est différent des précédentes : le Sporting a sa qualification en poche pour la Champions League et on a remarqué assez vite que la préparation physique a tenu compte du fait qu’il ne faudra vraiment être en forme qu’aux environs du 10 septembre. Aucun besoin d’être prêt plus tôt : une saison est longue et il importe d’éviter le plus possible un éventuel passage à vide.

Bien sûr, il y a des matches avant les débuts européens, mais c’est la saison régulière et si l’expérience nous montre qu’il est téméraire de la snober, il n’est pas non plus obligatoire de l’attaquer pied au plancher.

Parallèlement, on a déjà bien pigé que tout le monde ne regarde pas exactement dans la même direction : si les cas de Kara et de Teo semblent réglés, on n’est pas sûr du tout que Dendoncker restera. À vrai dire, on a un peu le sentiment que le joueur lui-même est tracassé, à un point tel qu’on ne le reconnait plus : où est passée la locomotive qui tirait ses coéquipiers vers l’avant la saison dernière ?

Au-delà de cela toutefois, l’articulation de l’équipe pose problème, estimé-je. En effet :

M  Tout a vraiment commencé à bien fonctionner quand Weiler est parvenu à faire passer son message, probablement aux environs de septembre 2016 : d’abord défendre. Éventuellement attaquer ensuite, mais sans s’exciter : simplement aller très vite porter le danger quand l’adversaire perd le ballon. En abandonnant l’initiative à ses opposants, le Sporting les incitait à attaquer, et donc à laisser dans leur dos, des espaces au cœur desquels Teo s’est beaucoup amusé.

M  Parmi les entraineurs officiant en Belgique, cependant, il n’y a pas que des crétins congénitaux. Certains ont développé la parade plus vite que d’autres et si tu t’en souviens, ma dispersée, ma confuse, ma tête de linotte, on a déjà éprouvé bien des difficultés la saison passée, avec le Charleroi de Mazzù. Parce que la parade au système Weiler n’est pas trop compliquée : il suffit de pratiquer de la même manière.

170813 Chilouvision Mauvaise mine (RCSC-RSCA 2-0) 3.jpg

La conclusion vient d’elle-même : il va falloir aligner un entrejeu plus créatif afin d’éviter de se retrouver continuellement dans une espèce de débat “René contre Weiler”. Car pour tous nos adversaires, un 0-0 bien tassé constitue un résultat parfaitement honorable face à Anderlecht : tant qu’on n’aura pas marqué au moins un but, la situation restera verrouillée. Ainsi que cela s’est passé ce dimanche – avec en plus, le fait qu’on a encaissé une mine inarrêtable histoire d’être sûr que les Carolos puissent nous attendre à l’aise. Plait-il ? « Et même une deuxième » ? D’accord, mais celle-là n’a eu aucune influence sur la rencontre.

On peut gloser à l’infini sur l’inefficacité de Teo, sur les errements de Chipciu, sur les limites d’Appiah. Mais toujours est-il que ce ne sont pas ces joueurs qui sont supposés s’occuper d’orienter le jeu. Or, l’entrejeu Mauve s’est fait carrément bouffer par Diandy. On connait Christophe, on sait que c’est un battant, on lui reconnait du talent et à 26 ans, il a engrangé pas mal d’expérience. Mais de là à manger tout crus des Kums, des Dendoncker et – plus difficilement – des Trebel, il y a de la marge...

Donc, au boulot, René : le propre des grands entraineurs, c’est de savoir se remettre en question et de ne pas tenir pour acquises, les vérités d’hier.

***

L’évènement du weekend, ce ne furent toutefois ni la défaite du Sporting Mauve, ni celle du Standard, ni les deux buts de Romelu, ni l’assist de son frangin, mais bien l’incroyable négation de l’assistance vidéo par l’arbitre de la rencontre Zulte Waregem – Club Bruges de vendredi soir.

On le sait désormais, la personne chargée de visionner les images des matches – le video-referee, pour le dire en bon français – bénéficie d’une installation mobile qui lui permet de remplir son office dans les conditions les meilleures. On n’a en effet, pas lésiné sur le matos à la Fédération, tout en tenant compte d’un facteur important : la discrétion.

Car s’il y a bien quelque chose qu’il convient d’éviter à tout prix, c’est que le matériel – surtout – et les personnes en charge – aussi, mais c’est moins cher à remplacer – puissent se retrouver aux prises avec des hordes de hooligans assoiffés de sang ou de bière ou des deux. Ou même, que le video-referee se retrouve en butte à des tentatives de corruption plus ou moins bien orchestrées.

On s’est donc d’abord attaché à dénicher un véhicule moderne et confortable mais pas trop voyant, et qui surtout, ne soit pas aux couleurs d’un des clubs de la Pro-League.

170813 Chilouvision Mauvaise mine (RCSC-RSCA 2-0) 4.jpg

Après de longues discussions tenues lors de réunions ultrasecrètes, dont même les jetons de présence furent réglés sur des comptes anonymes, le choix s’est porté sur le bolide dont la photo figure ci-dessus – du moins jusqu’à ce qu’un huissier ne débarque chez moi pour me sommer de l’enlever.

Ainsi que l’on peut le remarquer, la camionnette, fraichement repeinte, est strictement anonyme et elle est suffisamment spacieuse pour accueillir non seulement, tout l’équipement nécessaire, judicieusement regroupé afin de ménager un espace de travail convenable, mais aussi de quoi se sustenter et s’hydrater – aux dernières nouvelles, c’est Jupiler, sponsor de la Pro-League comme chacun le sait, qui prend le catering en charge.

On m’a bien entendu, envoyé sur les roses quand j’ai voulu photographier le matériel vidéo, mais j’ai réussi à prendre un cliché de l’intérieur de la cabine de pilotage qui montre que l’on a réellement été très pointilleux sur le plan du confort et de la sécurité – rien qu’à le voir, on devine que le conducteur dispose d’un airbag intégré dans son t-shirt.

170813 Chilouvision Mauvaise mine (RCSC-RSCA 2-0) 5.jpg

Alors, franchement, j’aimerais beaucoup que l’on me dise pourquoi l’arbitre de Zulte Waregem – Club Boerois s’est refusé à rentabiliser l’investissement technologique colossal consenti pour lui permettre de se planter le doigt ailleurs que dans l’œil !

Les commentaires sont fermés.