24/04/2017

Chilouvision : René, t'es un gros menteur !

170423 Chilouvision Rene t'es un gros menteur 1.jpg

Tu te rappelles la colère – rentrée, hein, c’est pas le genre à se laisser aller – de René Weiler en début de saison, mon archiviste, ma mnémonique, mon historique ? « Ach, gu’est-ze gue z’est, za, le fußball jambagne ??? »

Il n’avait pas poursuivi sur sa lancée car il connait le poids des mots, mais ça se lisait tellement dans son regard que tu avais complété : « Afeg guoi ils fiennent, zes gons, alors gu’ils n’ont même bas une éguibe qui dient la roude ! Der Teufel, zi on arrife à ze blazer tans leur voudus blay-ovvs, za zera téchà un miragle ! »

Je te l’ai déjà dit, je connais la mentalité des Suisses alémaniques. Mais là, ce dimanche 23 avril, j’en ai découvert une facette qui m’a laissé pantois. Car Weiler a menti. Deux fois : non seulement, il a déclaré qu’il restait 18 points à conquérir, ce qui est une grosse craque, car 10 suffiront au Sporting, vainqueur de la saison régulière. Mais surtout, face aux Boeren, il a fait développer au Sporting, une des plus belles copies du football champagne que j’aie jamais pu admirer. Et apparemment, il en était très fier.

À raison, car tout y était, y compris l’intransigeance défensive : la seule véritable occasion brugeoise ne fut que la conséquence du ricochet malheureux du ballon sur un dégagement. On a même retrouvé une certaine inefficacité offensive propre au foot-champ’ car si Teo avait fait preuve de la même productivité qu’en 2016, c’est sur un score fleuve que le match se serait terminé. D’ailleurs, dans son analyse de ce matin, le bien connu et habituellement très posé Peter Vandenbempt parle d’humiliation pour Bruges.

D’une façon générale toutefois, on put remarquer l’effet qu’eurent les deux matches disputés récemment contre Manchester United : où, précédemment, les Mauves auraient payé chèrement les efforts consentis sur le plan européen, ils se sont au contraire, inspiré de ce qu’ils leur ont apporté, balayant une opposition pourtant renommée comme s’il s’était agi d’une vulgaire resucée des ‘Helden van het Gras’ – ou encore, l’hypothétique version flamande des ‘Héros du Gazon’, ma franchouillarde, mon unilingue, ma néerlandophobe.

Il n’y a plus aucun doute pour personne : le Sporting remportera son 34ème titre avant la clôture du championnat et au plus tôt le 1er mai, à l’issue de Bruges – Zulte Waregem, si mes savants calculs sont exacts. Ce serait un camouflet pour ceux qui ont inventé le système des play-offs. Mais surtout, reconnaissons que le groupe constitué à Neerpede par Herman Van Holsbeeck et façonné par René Weiler, tient foutrement bien la route.

170423 Chilouvision Rene t'es un gros menteur 2.jpg

Ce qui n’offre de garanties sur rien du tout : dès le mois de juin, tous les compteurs seront remis à zéro et ainsi que le déclara Gary Lineker dans un de ses célèbres aphorismes, « You’re just as good as your next game », ce que l’on pourrait traduire par ‘la vérité d’aujourd’hui n’est pas celle de demain’. Qui restera en Mauve pour disputer la Champions League 2017-18 ? Qui s’en ira ailleurs pour monnayer tout ce qu’il a appris ici ? Comment réagira René Weiler s’il se voit obligé d’entamer une nouvelle saison avec un effectif amputé de ses meilleurs éléments ? Et si on parvient à garder tout le monde, quelle sera encore l’envie qui motivera ce groupe ? Mystère et boule de gomme.

« À chaque jour suffit sa peine ! », t’entends-je renauder jusqu’ici, ma rouspéteuse, ma râleuse, mon explosive. « Profite du temps présent et du foot magnifique proposé par le Sporting au lieu de commencer déjà à te faire du souci ! »

170423 Chilouvision Rene t'es un gros menteur 3.jpg

Tu as raison bien sûr. Mais demande donc un peu à Preud’homme s’il est facile de confirmer un succès.

Commentaires

Sacré lenteur ce René..!

Écrit par : tej Karafi | 24/04/2017

Répondre à ce commentaire

Goooooeeed

Écrit par : Philasseau | 27/04/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.