24/04/2017

Chilouvision : C'est un peu court, jeune homme

170420 Chilouvision C est un peu court jeune homme 1.jpg

Ce jeudi soir, je me suis souvenu des tourments de mes 15 ans et de la visite que j’avais rendue à une accorte dame qui avait sérieusement tapé dans mes économies avant de me débraguetter pour me lancer un regard dépité : « C’est un peu court, jeune homme ». Heureusement pour mon orgueil de mâle en devenir, qu’elle s’était léché les lèvres avant de me lâcher un « Ne t’inquiète pas, je vais arranger ça » qui m’avait échauffé le cerveau jusqu’à pas loin de l’ébullition...

Un peu partout, tu auras pu lire des commentaires élogieux à propos du Manchester United – RSC Anderlecht de ce jeudi 20 avril, mon avide, ma glorieuse, ma déçue. Et un peu partout, tu auras rencontré des phrasettes qui t’auront confortée dans une impression que l’on pourrait résumer par « déçue, mais fière ».

Tu me connais évidemment, et tu sais comment je suis fait : chez moi, après une telle rencontre, la déception l’emporte sur la fierté. Si j’ai effectivement apprécié la combativité et l’esprit des Mauves – exactement comme lors du match aller de la semaine dernière –, je ne peux pas me satisfaire des déclarations de Mourinho, qui a osé dire que le Sporting avait dominé Manchester pendant une heure.

Car j’ai vu, au contraire, une équipe anglaise qui, certes restait extrêmement attentive et concernée par le match, mais qui n’en faisait pas moins quelque peu joujou avec nos velléités offensives, et qui, de plus, fit preuve d’une certaine inefficacité au plan de la finition. Voyons les choses en face : si les attaquants mancuniens avaient montré autant d’habileté que le reste de l’équipe, on se prenait une branlée. Un peu comme La Gantoise à Tottenham il y a quelques mois... Tu dis ? Les Gantois avaient fait match nul à Londres ? Oui en effet. Mais tu m’excuseras certainement si je te rappelle qu’ils avaient vraiment eu le cul bordé de nouilles, pour le dire crument tout en restant pourtant dans l’euphémisme.

170420 Chilouvision C est un peu court jeune homme 2.jpg

Là-dessus, je t’entends maugréer jusqu’ici : « Ouais, mais si on compare les budgets », « T’as un peu vu quelle clique de superstars ils alignaient ? », « Franchement, c’est quand même pas mal de les avoir forcés aux prolongations », et compagnie.

Je te concède tout ça. Il n’en reste pas moins qu’on s’est fait éliminer et que c’est ça que retiendra l’histoire, bien au-delà de quelques petits grincements de dents du genre « M’enfin, pourquoi avoir remplacé Hanni[1] qui justement, pétait des flammes » ou autres « C’est malheureux à dire car on les adore, mais Bruno ne fut pas à la hauteur et la condition physique d’Acheampong me laisse un peu sceptique ».

Le seul véritable profit sportif que l’on peut tirer de rencontres de ce genre se situe ailleurs que dans les gazettes. D’une façon générale, on n’a pas été trop inférieur à Manchester. On n’a toutefois, pas (encore ?) tout ce qu’il faut pour remporter de tels matches. Or c’est en en disputant tant et plus que l’on pourra grandir.

Dès lors, vivement la Ligue des Champions de la saison prochaine. Mais pas pour ce qui concernera les matches de poule, où une défaite à l’extérieur reste un résultat que l’on peut compenser par une victoire à domicile : vivement février 2018, pour les duels à élimination directe ! Et non plus par rattrapage en Europa League, please : il faudra sortir des poules à la 1ère ou à la 2ème place, car qui n’avance pas recule !

Plait-il ? Ah oui, juste... Il faut encore qu’on se qualifie pour la Champions League. Et notamment en bouffant du Boer ce dimanche... Bon appétit !

 

[1] À en croire une info diffusée par RSCA.be, Sofiane serait blessé et douteux pour le match de ce dimanche 23. Si cela s’avère, on espère vraiment que ce n’est pas grave : a priori, on avait pensé que Weiler le faisait sortir pour le ménager...

Les commentaires sont fermés.