14/04/2017

Chilouvision : La Rhinite molle

170413 Chilouvision La rhinite molle (RSCA-ManU 1-1) 0.jpg

Tu situes indubitablement ce qu’est une rhinite, mon enrhumée, mon enrouée, ma refroidie : oui, c’est bien ce qui te force à apporter ton écot à la consolidation du chiffre d’affaires de la maison Kleenex avec un enthousiasme retrouvé. Retrouvé, te précisé-je, car tu croyais finir la saison froide sans devoir renouveler ton stock après les 22° de dimanche dernier, lesquels t’avaient poussée à aller piocher dare-dare dans ta garde-robe afin d’y dénicher en catastrophe, un t-shirt pas trop froissé par une longue désaffection...

Mais qu’est-ce donc qu’une rhinite molle, t’interroges-tu probablement, mon interrogative, ma perplexe, mon embarrassée. Eh bien, c’est quand tu toussotes de temps à autre, entre deux lointains besoins de te moucher, sans pour autant que tu n’éternues, ni n’éprouves l’envie de te coller au plumard pour y faire autre chose que jouer la bête à deux dos.

C’est exactement ce qu’a enduré le Sporting ce jeudi soir : ponctuellement, une petite poussée de fièvre ou la nécessité de se déboucher les narines et plus rarement, le déclenchement d’une courte quinte de toux. Parce que l’on n’a pas vraiment souffert le martyre, mais disons-le tout net : parmi les Mauves, ceux qui étaient supposés tirer le niveau de l’équipe vers le haut, ont trop souvent flanché dans leur tâche, ainsi que le montre un résultat peu prometteur dans la perspective d’une qualification pour les demi-finales de l’Europa League.

Bien évidemment, ce n’était pas n’importe quoi en face, comme en témoignèrent quelques sorties de défense orchestrées en un temps avec une précision absolument magnifique. Mais en dépit de cela, on attendait un Sporting un peu plus enthousiaste pour ce qui devait être une soirée de gala. Et en particulier, on aurait espéré voir Tielemans, Stanciu ou même Kara, plus précis, plus vifs, mieux concentrés sur le jeu. Se prétendre apte à jouer à un niveau plus glorieux que celui de la Pro League est une chose. Parvenir à en imposer à une équipe rompue aux duels au couteau de la Premier League, en est une autre.

Que l’on se mette bien d’accord : si Stanciu se contenta trop souvent d’un rôle plutôt obscur de tâcheron, Tielemans nous régala à certains moments. Malheureusement, à certains moments seulement, car à d’autres, il se fit trop facilement chiper le ballon, ou se satisfit d’une passe généralement quelconque. Pour ce qui concerne Kara, ce fut pis car il ne parvient pas à se débarrasser – même contre Zlatan & Co ! – de l’habitude funeste qu’il a, de ponctuer un geste défensif superbe d’une approximation ridicule, comme si rien ne pouvait ne lui arriver...

170413 Chilouvision La rhinite molle (RSCA-ManU 1-1) 2.jpg

Pour le dire sans détour, les seuls qui me parurent à même de figurer dans l’équipe d’en face, furent Ruben Martinez, Leander Dendoncker et Bram Nuytinck : les qualités naturelles sont d’importance, certes, mais seuls eux ont montré une attention et une concentration de chaque instant. Ce qui leur permit d’une part, de ne pas faire de connerie, et de l’autre, de réparer celles de leurs coéquipiers.

Rien n’est fait, bien entendu : il reste deux mi-temps à jouer. Mais aller forcer la qualification à Manchester – et donc, réussir au pire un partage 2-2 à Old Trafford – parait s’apparenter à une mission tellement délicate qu’elle n’est sûrement pas loin d’être impossible. Du moins, si les cadres du Sporting ne laissent pas au vestiaire le trac qui parut leur jouer des tours en 1ère mi-temps surtout.

170413 Chilouvision La rhinite molle (RSCA-ManU 1-1) 1.jpg

Bref, et en dépit de la mauvaise humeur manifestée par The Special One à la fin du match, l’aventure européenne du Sporting s’arrêtera la semaine prochaine si des Stanciu, Tielemans ou Hanni n’en font pas plus et un peu mieux et si on continue à devoir se passer de Najar – même si Appiah m’amusa beaucoup en fin de rencontre en mettant systématiquement Martial dans sa poche comme si c’était un ticket gratuit pour Plopsaland.

Tu dis, ma narquoise, mon ironique, mon sarcasme ambulant ? Oui, tu as raison, je suis et j’ai toujours été un pronostiqueur déplorable, mais c’est bien le seul élément qui ne m’incite pas à me montrer strictement euh... raisonnable.

Les commentaires sont fermés.