30/07/2016

Chilouvision : Inscrivez pas de bol !

160730 Chilouvision Mouscron-RSCA 1-2 1.jpg

Le déplacement à Mouscron est de ceux que de nombreux amateurs de foot belches attendent systématiquement le sourire aux lèvres depuis que les Berlus sont remontés en D1 : 4-2 le 6 décembre 2014 et 2-1 le 6 mars dernier – sans pour autant qu’ils trouvent jamais le moyen d’accrocher les play-offs 1.

Anecdotiquement, ce petit club si sympathique et à la mentalité exemplaire est aussi celui qui m’a guéri d’aller assister à des matches en déplacement : parqué dans une prison grillagée comme du bétail en attente de l’équarisseur, je me suis juré ce jour-là de ne plus jamais lâcher un centime à ces gens si aimables et si chaleureux qui accueillent les supporters adverses comme des merdes et les traitent avec le dernier mépris.

Plus que probablement afin de permettre à certains de souffler un peu avant l’importante rencontre de ce mercredi 3 août contre Rostov, le Sporting s’alignait dans une composition chamboulée, avec dans chaque ligne, un titulaire certain relégué sur le banc : Sylla, Defour, Nuytinck avaient tous trois reçu une autorisation de sieste.

En dépit de cela, les Mauves entamaient la rencontre de façon intéressante, dessinant quelques jolis mouvements offensifs cependant que les Mouscrontus peinaient visiblement à entrer dans le match. Puis, comme cela a trop souvent été le cas la saison passée, notre football s’émoussait : on perdait trop facilement le ballon dans l’entrejeu, et quand on le récupérait, on ne parvenait pas à le ramener avec suffisamment de vitesse et de fluidité dans le camp adverse pour éviter que les Mouscragnons ne reforment le bus qu’ils avaient parqué devant leur but.

On sait comment cela se passe habituellement dans ce genre de circonstance : même si ce n’est vraiment pas mérité, tu t’en dégustes un vieux pourri dans les gencives sous les quolibets bon marché et les ricanements graisseux de ceux qui ne s’intéressent au foot que quand le Sporting perd.

Dois-je te le dire, ma navrée, ma désolée, mon éprouvée ? Une fois de plus, ça n’a pas loupé : Kara comme De Maio aux fraises – à moins qu’ils n’aient découvert un Pokemon –, Fabrice N’Sakala se retrouve seul face à un Mouscronnaire lancé à fond de train. Disons qu’il aurait pu faire mieux – il ne fut d’ailleurs pas l’auteur d’un bon match – et que Roef aussi, sur un tir certes puissant mais qui ne paraissait pas inarrêtable.

Bref, c’est 1-0 à la 26ème, puis c’est la mi-temps et crotte mérovingienne !

Le Sporting reprend avec toujours autant de bonnes intentions, mais sans guère plus d’efficacité offensive. Puis survient le moment que l’on espérait sans plus trop y croire : sur un corner Mouscrubien, Chipciu récupère la balle et se lance dans un raid dans l’axe du jeu. Pong – qui évidemment l’a dépassé à la course, quelle bonne blague ! – lui propose une courte passe, réceptionne gentiment le cuir et fait 1-1 (62ème).

160730 Chilouvision Mouscron-RSCA 1-2 3.jpg

On est déjà content avec ça, effectivement... On l’est encore plus de la manière de laquelle les Mauves ont égalisé : sur une contrattaque assassine. Ou encore, en retournant impitoyablement contre l’adversaire, l’arme qu’il avait fourbie...

Enfin, quand je dis qu’on est content... Du moment que l’on ne se ramasse pas le 2-1 dans le bide, bien sûr ! Parce qu’on est tout sauf rassuré, je dois bien te l’avouer.

Mais le Sporting de cette saison semble avoir plus de suite dans les idées que son prédécesseur et à l’issue d’un mouvement proprement estampillé © Anderlecht, Sylla – entré au jeu à la place de N’Sakala – inscrit le deuxième but anderlechtois les doigts dans le nez (65ème).

Le score ne changera plus, même si on aura encore droit à un coup franc bien tiré par Defour et à une combinaison plaisante entre ce dernier et Sylla.

160730 Chilouvision Mouscron-RSCA 1-2 2.jpg

Cela peut surprendre à propos d’une équipe en reconstruction, mais il me semble trouver plus de maturité dans ce Sporting que dans celui de la saison passée. Plus de joie de jouer aussi, mais j’admets que tu me fasses remarquer que ce n’est pas trop difficile, ma sagace, ma perspicace, ma clairvoyante.

J’ai assez aimé les prestations d’Hanni, très travailleur et souvent disponible, et de Dendoncker, qui arracha beaucoup de ballons dans l’entrejeu, même si sa relance manqua parfois de simplicité. De Chipciu aussi, qui pourtant entama la rencontre de la même manière un peu terne qu’il avait disputé le match à Rostov. Je placerais un cran plus bas, Pong, souvent brouillon et Tielemans, dont j’avais attendu un plus gros volume de jeu.

D’une façon générale, je retiendrai une réflexion : la saison passée, on aurait perdu ce genre de match. Pas de bol, hein, les Mouscrovites !

Là-dessus, tout le monde au lit : demain c’est le Fan Day et mercredi, une victoire ou un partage nous assureraient notre avenir européen !

 

 

 

Les commentaires sont fermés.