09/06/2016

01/06/16 : Sommeil de minuit (*Belgique - Finlande 1-1)

160601 BelFin 1.jpg

Tu connais la Finlande, ma cartographique, ma géolocalisée, ma gouguelmappeuse ? C’est un pays vaste et peu peuplé : l’idéal si l’envie d’émigrer te travaille au corps, d’autant plus que les Finlandais ont la réputation d’être des gens charmants.

Admettons-le, il n’y a pas que des avantages à habiter là-bas : en hiver, il fait noir du matin au soir et en été, il fait clair du soir au matin. Reconnaissons que ça doit être un peu perturbant à certains moments :

–    Minuit, l’heure du crime...

–    Éteins et referme ta braguette, putain, tu vois bien qu’il fait clair !

Ou encore, six mois plus tard (ou plus tôt, je te laisse choisir) :

–    Quoi ? Il est treize heures du matin et elle n’est toujours pas levée, ma grosse feignasse ?

–    T’es d’nouveau là avec tes saloperies ? On n’est pas samedi, pour information !

On notera en passant que les Finlandais ne sont pas des Scandinaves : il y en a pas mal qui sont d’origine laponne – assez bizarrement, on ne dit pas le Lapon et les Laponais, de la même façon qu’on évite de parler de la Japonie et des Japons.

Bon, tu me connais : si je te raconte des trucs pareils, c’est qu’au plan du match, je suis un peu comme les joueurs : on ne dira pas que l’inspiration m’habite. À croire qu’en ce 1er joint, ils avaient un peu tapé dans le stock de petches...

Lents et peu disponibles pour recevoir une passe : on aurait dit le Sporting dans ses mauvais jours de la saison passée, avec, de la même façon et en dépit de quelques velléités Hazardiennes, un refus presque systématique de s’appuyer sur un fonds de jeu rapide en une touche de balle pour faire sauter le verrou finlandais... Alors que les rares fois où ils ont pratiqué de cette façon, les Belges furent dangereux.

Les Finlandais ont bien pigé le coup : à la 52ème, après une circulation de ballon très rapide, Denayer se fait mettre en boite sur son aile droite : centre à ras de sol, Hämäläinen passe devant Vertonghen comme un express devant une vache et klet Mariette, c’est 0-1.

160601 BelFin 2.jpg

On se demande, non sans un zeste d’amertume, si on ne ferait pas mieux de s’abstenir de partir en France... Histoire de nous conforter dans notre désillusion, Wilmots fait entrer, à la place d’Origi – nettement moins bon que face aux Suisses –, Benteke, jamais à l’aise face à une défense renforcée. Et ça marche : il loupera approximativement – et le mot est faible – tous les ballons qui lui échoiront.

Tu connais la suite ? M’enfin, aller pisser alors que Lukaku est entré au jeu ! Donc, Mertens y va d’un sale tir de l’aile droite, le gardien finlandais Hradecky – ça se prononce comme ça s’éternue – ne parvient qu’à repousser le ballon sur le torse du Ghamin, et hop, c’est match nul – et le mot n’est guère plus fort que tout à l’heure.

160601 BelFin 3.jpg

On n’est toujours pas rassuré par rapport à la défense : les multiples permutations wilmotsiennes n’ont guère montré un mieux en comparaison de l’expérience de Genève.

Un des rares moments de fun de ce match fut la question que Philippe Albert s’est posée : « Ça ressemble à quoi de venir jouer un match amical en s’alignant d’une façon aussi défensive ? »

Eh bien, mon cher Philippe, ça ressemble à la manière de laquelle le coach belge a demandé à son homologue finlandais de pratiquer ! Je suis personnellement quelque peu surpris que tu ne paraisses rien savoir des arrangements entre entraineurs qui précèdent ce genre de match amical !

Je ne comprends pas toujours le Tracteur de Dongelberg dans ses choix, mais là, je lui donne absolument raison, car vu la réputation que l’équipe belge se trimballe, la plupart de nos adversaires seront tentés de se présenter face aux Diables, de façon très organisée.

Les commentaires sont fermés.