08/06/2016

Tous en transe - 0

À partir du 10 juin 2016, comme pour chaque évènement footeux majeur depuis dix ans – ! –, je te ferai part de mes impressions de match, entrecoupée d’une histoire aussi poignante que full of suspense, sex and violence !

Cover.jpg

Comme hors d’oeuvre, et sachant que tu n’en peux déjà plus d’attendre que vendredi soit là, je te propose d’ores et déjà, les trois matches amicaux disputés par les Belches, ainsi que la première livraison de Trente Accule dans un e-book gratos qui sera augmenté au fur et à mesure de l’écriture des nouveaux textes et que tu es libre de te télécharger – il n’y a pas de pub de merde, ni de virus à la con dans mes brols, tu peux faire la grimace à ton browser s’il se mêle de te stresser comme un gros con.

 

 

En guise d’intromissionduction

 

Ai-je vraiment besoin de te le dire, ma footmaniaque, ma téléphile, ma barbecute babe ?

À partir du vendredi 10 juin 2016 de l’Ère Chrétienne, l’Europe sera dédiée au football, et ce, jusqu’au dimanche 10 juillet de la même année de la même ère. C’est-à-dire que tu resteras assise sur ton joli derrière durant pas moins de cinquante-et-un matches, ou encore soixante-seize – ça se passe en France, un peu de respect, merde – heures trente.

Tu dis ? Ça ne changera pas grand-chose pour ton mec ?

Admettons, mais pour toi, cela représentera quand même pas moins de quatre mille cinq cent quatre-vingt-dix minutes debout derrière ta planche à repasser, sauf quand on te priera aimablement – « Magne-toi le cul, boudin, on crève de soif ici ! » – et avec toute la galanterie qui fait honneur à notre civilisation – « Quoi ? Paie avec ta carte, je te rembourserai dans deux ans » – d’aller chercher des bières au night shop à l’impérieux motif qu’il va y avoir des prolongations... Et qui sait, peut-être même des tirs au but pour départager ces sodomites !

Parce que tu sais comment ça marche : d’un côté, il y a des sales cons qui s’échinent à ne pas vouloir perdre, tandis que de l’autre, un ramassis d’abrutis et de bons à rien se montrent incapables de réussir à gagner. Ce qui m’oblige à te dire que les chiffres dont je t’ai abreuvée ci-dessus, sont des minima...

Je te vois grimacer. Tu as tort : je veille sur toi et sur ton bien-être.

C’est ainsi que du haut de mon incommensurable bienveillance, je parsèmerai mes impressions de matches – sur lesquelles se jettera ton affamé de chips et de saucisses TV – des somptueux épisodes de « 30 Jours à se voir acculé » – en abrégé, ‘Trente accule’, une saga innée et narrable à propos d’un mois d’exception à la transe ambiante, dont j’espère qu’elle te fera sourire dans ton malheur.

Les choses étant dans ce caleçon,

Que les pires perdent !

 Chilou


Les commentaires sont fermés.