03/04/2016

Chilouvision Camions League 1 : Les petits pois sont d'avril

160403 Chilouvision Camions League 1 1.jpg

Personnellement, je préfère “Je rentre chez moi, j’ouvre la porte, et qu’aspers-je ?”, surtout à la Flamande, mais faisons preuve de tolérance : il en faut pour tous les goûts – et il y en a.

Retour au foot donc, en ce premier weekend d’avril, et après toute une série de machins dispensables comme le bâclage du Sporting face à Shakhtar, la prestation en demi-teinte des Diables au Portugal, et bien malheureusement entendu, les sinistres exploits de crapules qui marquèrent à jamais en noir, la date du 22 mars.

En ce premier du mois, on a évidemment eu droit à quelques facéties de niveau variable. J’ai surtout apprécié la finesse de la Déache du 31 mars – ils n’ont pas pu se retenir vingt-quatre heures de plus – pour laquelle une Suédoise aurait déposé plainte parce qu’un prétendant éconduit (sûrement prénommé Gaspard) aurait, de dépit, lâché une vesse particulièrement odorante chez elle avant de se casser. On comprend la fille et on l’approuve : les armes chimiques de destruction massive sont universellement interdites en vertu d’une Convention Internationale en vigueur depuis le 29 avril 1997.

Tu dis ? Ce n’était pas un poisson d’avril ?

Eh bien merde alors ! Euh, enfin non, comprends-moi bien, ma narine, ma nasique, ma néanplus : si déjà, elle porte plainte pour une prout, que ferait-elle pour une étoile filante ?

160403 Chilouvision Camions League 1 2.jpg

Vendredi. Après la minute de silence en hommage aux victimes des récents attentats de Bruxelles, les Gantois entrent dans la partie de façon costaude. Bien emmenés par un Bous des grands soirs, ils multiplient les situations périlleuses devant Steppe. Mais les Zultomanes sortent dès qu’ils le peuvent et pratiquent un pressing des attaquants sur les défenseurs qui n’est pas sans gêner les Buffalos.

À la 34ème, Zulte Waregem mène sa première contrattaque digne de ce nom : patatras, Mbaye Leye inscrit le 0-1 sans trop se poser de questions. Six minutes plus tard, c’est à Steve De Ridder d’hériter d’une occasion trois étoiles, mais vu que le reste du temps, il s’est surtout préoccupé de régler ses comptes avec Kums, sa concentration est demeurée – jeu de mots – chez Marie Thumas et il gâche le 0-2 comme une slache...

Il s’agit clairement d’une rencontre qui peut laisser des traces : à la 54ème, Boussoufa passe de peu à côté d’un carton rouge pour avoir disputé un ballon qui était déjà dans les mains de Steppe. Trois minutes plus tard, Kums égalise d’une mine dans le plafond du but et, déjà bien animé, le match s’emballe. Les deux équipes y vont à fond, on est très loin des attitudes attentistes déjà observées lors des ouvertures des play-offs.

Je ne vais pas te détailler toutes les occasions, ma Mauve, ma Sporting Girl, ma Guidonne, d’autant plus qu’on aura encore droit à Ostende – Bruges demain et surtout à Anderlecht – Genk dimanche, mais sache que c’est le genre de match que l’on reverrait volontiers.

160403 Chilouvision Camions League 1 3.jpg

Samedi. On a eu moins de plaisir : on a vécu un match très tendu, marqué par le manque d’idées des Ostendais, ainsi que par l’exclusion de Poulain. Comme chacun le sait, quand il y en a Poulain, il y en a pour l’autre : Preud’homme se retrouvait lui aussi en tribune, cependant que Gedoz aurait indiscutablement mérité de l’y rejoindre...

Le but marqué contre son camp à la 14ème par Bruno Godeau fit la différence dans un véritable match de bourrins disputé sur un terrain à l’avenant et sous une pluie battante de cartons distribués par Bart Vertenten. Cyriac clôturait les débats en se faisant jeter comme un malpropre pour une faute largement dispensable.

La météo s’améliore, on va peut-être bien commencer à devoir opérer des choix cornéliens entre une balade bucolique et un match à la con...

 

*        *

*

 

160403 Chilouvision Camions League 1 5.jpg

Faut-il le souligner ? Le tifo réalisé par MauvesArmy fut nettement plus beau que la 1ère mi-temps, parsemée de gestes imprécis et rare en occasions de but – si l’on excepte une reprise de volée limbourgeoise bien arrêtée par Proto au quart d’heure de jeu.

Bien en jambes en début de rencontre, avec un positionnement entre les lignes qui lui permettait de toucher un maximum de ballons, Djuricic est vite rentré dans le rang, probablement peu inspiré par le soutien très moyen de Praet à gauche et de Conté à droite.

Pour le reste, le Sporting se montrait pressant, sans plus, la tactique offensive imaginée par Besnichou se bornant à balancer le plus de centres possibles dans le rectangle du Racing – genre « Il y en a bien un qui finira par arriver au bon endroit ».

Puis, à la 40ème, Praet se réveille d’un seul coup et en quelques minutes, se montre plus dangereux qu’il ne l’a été depuis le début du match...

Tu dis ? Si bien sûr, qu’il y aura une 2de mi-temps, mais on n’est pas convaincu qu’elle servira à quelque chose, en dépit de la hargne et du talent d’Okaka : on a hérité d’une tonne de corners, mais on a l’impression que Tielemans a expliqué à Büttner comment il doit les tirer.

Le Sporting remonte sur le terrain avec l’ambition visible de pratiquer un jeu un peu plus léché, mais Praet ne l’entend pas de cet oreiller... L’arbitre Van de Velde non plus, toujours aussi nul dans sa façon de montrer des cartons jaunes pour des fautes techniques, et pas pour des brutalités, et surtout pas si elles sont commises par Buffel.

Je suis occupé à penser à une blague à te raconter pour te faire passer le temps un peu plus agréablement, quand Praet y va d’un centre tellement anodin que le gardien Bizot se déconcentre et laisse glisser le ballon dans ses propres filets : un but parfaitement dans le ton du match.

Plait-il ? La blague ? Euh, bon d’accord, puisque le goal comique du Sporting n’a pas l’air d’avoir réussi à animer les débats. Mais en vitesse car la fin du match approche et Hasi trouve que c’est le bon moment pour toucher à sa défense en faisant entrer Deschacht. Ça ne prêtera pas à conséquence car le Racing est aussi inoffensif que nous, mais il me tue !

Un mec entre dans un bistrot : « Donnez-moi une 16 ! ». La barmaid lui amène un tabouret : « S’il te plait, Jonathan ». Quoi ? Du niveau du match ! Je ne vois pas pourquoi je me foulerais plus que les joueurs !

Enfin soit, on se hisse à hauteur des Buffalos, ce qui était l’objectif. Il n’empêche : ce match était dédié entre autres, à la mémoire de Jean Cornelis (1941-2016). Il aurait mérité mieux !

160403 Chilouvision Camions League 1 4.jpg

Les commentaires sont fermés.