08/02/2016

Chilouvision Camions League -5 : Les Guignols

160205 Chilouvision Camions League -5 Les Guignols 1.jpg

On ne répond pas tous en même temps, s’il vous plait :

–   Qui d’entre vous a déjà eu envie d’être Hollandais, pour que les commentateurs d’un match se bornent à donner le nom du joueur en possession du ballon, sans dégoiser des machins dispensables à tout bout de champ ?

« Comment ? Ah toi aussi, ma dure d’oreille, mon impénitente branleuse, ma Gilberte Montagnée de l’ouïe ? Comme quoi, c’est pas encore demain qu’on fera une pétition pour que Rigobert Delire et Léon-Henri Chatelle soient traduits en braille !

« Hmmm ? Ils se prénomment pas comme ça ? Tant pis, je trouve que ça ne leur va pas si mal. Puis t’as pigé de qui je cause, c’est ça qui compte ».

Partons d’un principe de base : on ne devient pas commentateur de matches si on n’aime pas le foot. Poursuivons en intégrant une deuxième vérité fondamentale : quand on aime le foot, on est nécessairement supporter d’un club.

La déduction vient simplement : les commentateurs sont eux aussi, supporters d’une équipe.

On n’a rien contre cela : ceux qui préfèrent d’autres couleurs que les nôtres, ont eux aussi, le droit de mourir lentement. Et – soyons fairplay – on tolère même qu’ils s’expriment. Mais on parle de supporters, là : les gens qui ne vivent que pour voir un Mauve louper une passe ou mal se positionner, ne sont que de grincheux atrabilaires à qui on conseillera une alimentation facilitant un transit intestinal visiblement aussi peu fluide que la E411 à huit heures du matin en semaine.

Quand en plus, les deux constipés en question, se collent une étiquette de journaliste ou de consultant – aka ‘connaisseur’, donc – sur le front, le pot déborde... Bon, on ne va pas passer la nuit là-dessus, mais le Rigobert, là, on se dispenserait volontiers de ses appréciations à la mords-moi-la alors que le Sporting avait malgré tout montré des progrès encourageants vendredi soir à Malines. Tu dis ? Ça le fait chier que le jeu anderlechtois s’améliore ? Eh bien, il devrait s’en montrer content, que nous l’aidions à vaincre le mal terrible dont il parait souffrir !

Tant qu’on cause de généralités, tiens, v’là le classement :

160205 Chilouvision Camions League -5 Les Guignols 2.jpg

Les choses se décantent, progressivement : si a priori, Westerlo et Mouscron peuvent encore parvenir, arithmétiquement, à accrocher le top 6, on remarque que le Standard se trouve désormais dans l’impossibilité de terminer la saison régulière en tête. Cela fait un bon bout de temps que l’on a pronostiqué que les Barakis éprouveraient les pires difficultés à se hisser dans les play-offs 1 et ce n’est certes pas avec un solde de buts aussi fortement négatif qu’ils y arriveront.

En haut du tableau, l’un des deux clubs de tête est assuré de finir dans le top 6. Mais lequel ?

 

*        *

*

 

On avait les yeux grands ouverts, vendredi, pour ne rien perdre de la prestation de ce Sporting fortement remanié. Pour se montrer clair, on n’avait guère d’espoir de revoir Galhardo à l’œuvre : le Brésilien souffre visiblement d’un retard physique important et on sera déjà content s’il réussit à le combler avant le début des play-offs.

De l’autre côté, Büttner n’a pas trop bien entamé la rencontre, avec une mauvaise prise d’appui qui se trouve à la base du premier but malinois. Il s’est plutôt bien rattrapé par la suite, montrant pas mal d’agressivité, et un pied gauche capable de choses intéressantes sur les phases arrêtées. Enfin, dira-t-on : depuis le temps que les corners et les coups francs du Sporting finissent dans les tribunes ou dans les mains du gardien adverse, on s’était pris à espérer un retour d’Ariel Jacobs...

À l’opposé de ce que j’ai pu lire et entendre, je n’ai pas été convaincu par la prestation de Stéphane Badji, qui m’a semblé surpris par la vitesse du jeu en Belgique – ce qui ne manque pas de faire tiquer.

À sa décharge, on ne jouera pas tout le temps sur un terrain aussi exigu que celui de Malines. Je ne l’enterrerai donc pas d’emblée, mais je n’ai pas éprouvé le sentiment qu’il apportera une grosse plus-value par rapport à Leander Dendoncker quand ce dernier sera rétabli. Ainsi, sur la construction du deuxième but malinois, il y a beaucoup d’espace libre au milieu du jeu...

Ceci dit, pour paraphraser le hérisson myope qui descendait d’une brosse à cheveux en se remontant la braguette, tout le monde peut se tromper, et comme tu me connais, ma lumineuse, mon optimiste, ma positive, j’espère que l’avenir démentira cette première impression mi-prune mi-banane – la Saint-Valentin approche.

Quant à Djuricic, il avait déjà montré à Saint-Trond, qu’il est estampillé Sporting au plan de son jeu. Son entame de match ne fut pas terrible vendredi, mais il s’améliora au fil du temps, ainsi qu’en témoigne son assist sur le deuxième but du Sporting. On est à peu près sûr que lui aussi, souffre d’un retard physique, mais sec et light comme il est, il devrait pouvoir le combler rapidement.

En vérité, celui qui m’a vraiment agacé vendredi, est là déjà depuis un bout de temps. Toujours sûr de lui, même quand il ne le devrait pas, peu réactif, Kara en a fait beaucoup pour que l’on garde les fesses serrées jusqu’à la fin du match. Il a profité de cette rencontre pour se manger son cinquième carton jaune de la saison : un peu de repos lui fera le plus grand bien... en espérant que Deschacht se rétablira rapidement.

Côté vraiment positif, Defour, Praet et Pong furent grands. Sylla, pour sa part, a montré que s’il est un bon remplaçant, il n’est plus trop convaincant dans la peau d’un titulaire : on reparle de physique ?

 

Je te rappelle, mon oublieuse, ma distraite, ma négligente, que le Sporting jouera ce mardi 9 février à 18:00 heures, contre Arsenal au stade Constant Vanden Stock. Sois là : les abonnés entrent à l’oeil, les autres paient € 5,- ce qui n’est pas exagéré, tu l’admettras sans pêne, comme disent les serruriers.

 

Les commentaires sont fermés.