08/11/2015

Chilouvision : Rengaine ta rengaine

En 1961, Yves Montand chantait... ‘Rengaine ta rengaine’ – sans faire la double faute d’orthographe qu’a faite le généralement quelconque qui a chargé la chanson sur Tutube.

 

#staand, #coym

Prémonitoire ? Ouais... Parce qu’effectivement, c’est toujours la même rengaine quand le Sporting va à Sclessin : laxisme au niveau des tribunes, comme on peut le voir ci-dessus – essaie un peu d’allumer un fumi dans les tribunes du CVDS, et regarde combien de temps l’IDS prendra avant de te tomber sur le coin de la figure.

Laxisme sur la pelouse aussi, et pas seulement au plan du jeu : on croyait qu’avec Bart Vertenten, on aurait enfin droit à un arbitrage correct. Ce fut presque le cas. Presque : en dehors d’un but parfaitement valable refusé à Defour pour un hors-jeu parfaitement imaginaire, l’arbitrage fut irréprochable.

 

#staand, #coym

Mais ce but aurait modifié toute la configuration du match : plus question, à 1-1, pour le Standard de continuer à jouer bas pour attendre que se créent les espaces propices à développer une contrattaque.

Parce qu’effectivement, le Sporting était entré mollement dans le match, avec dès la 4ème minute, un ballon ridicule de Kara, impossible à contrôler pour Dendoncker : 1-0, largement évitable, un peu comme le premier encaissé à Londres jeudi dernier : les rengaines font chier. Et elles obligent l’équipe à courir derrière le score pendant tout le restant du match.

 

#staand, #coym

Rengaine habituelle donc, quand on va jouer à Sclessin ces dernières années : on ne reconnaît pas grand-chose du Sporting habituel. Et rien de ce que l’on a montré en Europa League jeudi.

La pression était retombée évidemment : comme on n’imagine même pas une seconde louper les play-offs 1, on ne jouait que pour 1,5 point, alors que les Liégeois eux, jouaient vraiment pour 3 points. Mais il n’empêche : on en a marre de perdre contre cette équipe qui qualitativement, est bien loin de valoir les Mauves.

On en a marre aussi des compositions d’équipe discutables : qu’est-ce que Tielemans continue de faire sur le terrain ? Cela fait des semaines qu’il traîne son statut d’espoir majeur du football belge comme un boulet. Il ne fut pas au niveau général de l’équipe à Londres, il fut invisible ce dimanche – excepté sa passe à Defour sur le but injustement annulé.

Et on en a marre aussi du coaching que personne ne pige : dans un match correct mais bien physique, remplacer Dendoncker par Suarez, ne ressemblait à rien. Le West-Flandrien n’avait en rien démérité ; alors, tant qu’à faire un remplacement just for the fun, pourquoi faire sortir quelqu’un qui balayait pas mal au milieu du jeu, tout en laissant l’invisible Tielemans continuer de perdre les ballons qui lui parvenaient quand, par hasard ou par erreur, il était démarqué ?

Tu dis ? Non, je n’ai rien contre Youri, que j’ai pu voir à l’œuvre depuis longtemps, et dont j’admire la classe. Mais soit il se secoue, soit il vole sur le banc. Et il se secoue énergiquement : quand on a ce qu’il a dans les pieds, on se doit impérativement de placer la barre très haut, faute de se trouver un magnifique transfert à l’été, dans un club du ventre mou hollandais.

Regardons les choses en face : certains joueurs n’avaient pas encore récupéré de la prestation de choc de jeudi. On peut d’ailleurs se poser la question de savoir pourquoi on a dû jouer ce match à 14:30 heures, soient 6:45 heures avant que le délai fatidique UEFA des 72 heures ne soit échu. Juste pour info, les Boeren, eux, jouèrent (1-0) contre le Racing 71 heures après le début de leur match contre Legia... Mais bon, la rengaine est connue : ‘We are Anderlecht’, on ne va pas se plaindre de ce genre de chose, on est des gentlemen, et gnagnagna...

Et donc, on ne change rien à l’équipe non plus, pendant que des Conté, Dodi, Acheampong ou Sylla continuent de cirer le banc. En pure perte : je dois être le seul à avoir noté une baisse de régime chez Okaka depuis la 2de mi-temps du match à domicile contre Bruges. On attend quoi pour laisser un peu souffler ce garçon qui manque probablement d’un fonds de condition physique pour pouvoir enchaîner impunément les matches ? Qu’il se blesse ?

Bah, il aura maintenant deux semaines pour se refaire une santé, me diras-tu, ma positive, mon optimiste, mon insouciante. Non, le voilà retenu en équipe nationale italienne pour affronter... les Diables Rouges !

Alors, si Tielemans doit impérativement se secouer, on en dira de même pour Hasi. Et pour Van Holsbeeck : accepter de jouer à 14:30 heures en déplacement alors que les Gantois ont reçu Charleroi à 20:30 heures n’est pas normal. D’accord aussi, cela ne leur a pas porté bonheur (1-3). Et d’accord aussi, on sait ce que c’est que l’esprit sportif. Mais il faudrait penser à se demander pourquoi on est les seuls à en faire preuve.

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.