30/10/2015

Chilouvision : Jérôme, reviens !

 

#kvkand, #coym

Tu te souviens du souriant Jérôme Efong Nzolo, ma mémoriale, ma mnémonique, ma passéiste ? Oui, c’est bien lui qui te collait un carton sous le blair avec l’air de se foutre de ta gueule de maladroite...

#kvkand, #coymBon, d’accord, sur la fin, ses tests physiques n’avaient plus de look et d’ailleurs, il arbitrait sans plus jamais sortir du rond central. Mais malgré tout, d’une part, on ne l’a jamais vu afficher une banane à frites sur l’avant de l’abdomen et de l’autre, même du rond central il était plus facile de voir comme Okaka se prenait une cravate, que de passer à côté !

L’ineffable Joeri Van de Velde, lui, il a fait comme si La Bestia avait trébuché sur une taupinière...

Et je ne te cause encore que de ce pénalty-là. Parce qu’en vérité, il y eut encore deux (ou trois, après avoir revu les images du match) autres phases plus que litigieuses lors de ce Courtrai – Anderlecht surréaliste. Mais ne calimérons pas et admettons qu’un – très – léger doute subsiste à propos de la phase où Okaka – toujours lui – se fait descendre dans le rectangle en pleine course et que, vu son positionnement, l’arbitre du match ne voit pas la faute de main dans le rectangle.

Il n’en reste pas moins que les deux équipes terminent la rencontre sur une égalité parfaite, y compris au plan des cartons jaunes... Ce qui déjà, prête à ricaner ! Et sévèrement !

Mais soit. Les chaudes étant ce caleçon, faisons avec : les arbitres sont là pour commettre des erreurs et Van de Velde plus encore que les autres. Le Sporting rentre de Courtrai avec un point, ce qui, dans l’absolu et connaissant la manière de laquelle Johan Walem avait articulé son équipe, n’est pas si mal : à côté de lui, José Mourinho fait figure de délicat poète, chantre du football champagne.

 

#kvkand, #coym

Tu dis ? Je t’incite à jeter des tomates sur l’écran de ton computer ? C’est bon pour ce qu’il a, c’est bourré d’antioxydants.

Match nul 1-1, comme le montrait Joeri Van de Velde sur cette ancienne image : on dira qu’on n’a pas été payé de nos efforts, ni de la qualité du football proposé. Parce que l’on a pu voir à plusieurs reprises que le Sporting mettait en place le système létal du football : le jeu en un temps. Si les Mauves continuent dans cette voie, ils n’en auront bientôt plus rien à foutre de l’arbitrage, ni de son nouveau sponsor.

Bref, on ressort de cette rencontre avec énormément de plaisir et de satisfactions. Le tout mâtiné de deux petites déceptions : le résultat et l’occasion extraordinaire loupée de façon incompréhensible par Gillet. Te précipiter et vouloir frapper le ballon tellement tôt que tu tapes à côté, Guillaume, à ton âge, enfin, on aurait dit un vieux gamin !!

Les matches se suivent pour le moment : dimanche, le Sporting recevra Mouscron. Pour une rencontre dont le scénario devrait être différent : à en juger des images TV, les Mouscrontus ont réappris à jouer au football ces temps-ci...

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.