20/09/2015

Chilouvision : Alors, je mets pas l'autre non plus, na !

 

150920 Chilouvision Alors je mets pas l autre non plus na 1.jpg

Durant toute la semaine ayant suivi la très perfectible exhibition contre le Racing Genk, on n’avait plus entendu que le nom d’Ezekiel : tout le monde ou presque voulait le voir jouer au détriment d’un Suarez qui aura encore besoin de temps pour retrouver son vrai niveau – à moins qu’il ne finisse par en avoir marre, et ne demande son transfert à Ostende.

Ce ne fut donc pas une surprise de voir Ezekiel titularisé à Charleroi. Ce qui le fut plus, c’est celui dont il prit la place : Stefano Okaka allait s’asseoir sur le banc, tandis que Conté était aligné au lieu de Suarez... On allait voir ce qu’on allait voir.

 Eh bien, on a vu. Pas grand-chose, mais on l’a vu. Enfin, quand on parvenait à évacuer les images fortes qui, par analogie, s’imposaient à nos malheureux esprits, telles que le film de la guerre cruelle des amibes contre les protozoaires, la vidéo du valeureux combat des tétraplégiques contre les mottes de beurre, le clip interpellant de la lutte acharnée des rollmops face à l’armada des méduses fossilisées, et j’en passe...

Depuis le début de la saison, on joue avec Okaka en pivot. À la lumière de l’expérience, on est d’accord pour dire que ce n’est probablement pas ainsi qu’il convient de procéder, sans pour autant que l’apport indéniable de ‘La Bestia’ puisse souffrir la moindre critique. On aurait imaginé, par exemple, faire jouer Ezekiel un peu plus haut que lui, de manière à lui offrir des solutions de passe... Des clous ! Ah, on veut que Suarez ne joue pas... Eh bien, Okaka non plus, na !

Résultat : une première mi-temps d’une fadeur parfaite, avec Conté dans le rôle de l’Homme Invisible, Ezekiel dans celui de l’Arlésienne – tout le monde en cause, personne ne la voit – et Tielemans dans celui du fantôme de lui-même.

À la reprise toutefois, les meilleures étant les plus courtes – et je ne cause pas de celle d’Okaka, ma lascive, ma salace, ma cochonne – l’Italien entrait au jeu et le match changeait enfin de physionomie. Pas tout de suite. Mais après cinq minutes, on avait déjà pigé qu’il était une nouvelle fois, dans un bon jour. Et huit minutes plus tard, il montait impérialement plus haut que tout le monde sur le premier bon centre Mauve, signé Obradovic : le marquoir était enfin dépucelé, et dans le bon sens.

C’est là qu’il convient d’ouvrir une parenthèse : je crains fort qu’au Sporting, on n’ait pas fait les choses comme on aurait dû, et que l’on n’ait pas expliqué à ce garçon – qui semble bien sympathique au demeurant – qu’il a atterri dans le club que les trois-quarts de la Belgique adorent détester.

150920 Chilouvision Alors je mets pas l autre non plus na 2.jpgDans l’impossibilité manifeste d’annuler le but d’Okaka, l’arbitre Gumienny se rappelait soudain ses grandes années de querelle avec Nicolas Frutos, et se mettait à tout siffler contre lui, du plus bénin des contrôles à une autre phase en hauteur, où, de nouveau, il montait plus haut que Penneteau.

Pour faire bonne mesure, l’inoxydable arbitre limbourgeois finissait par trouver qu’un duel épaule contre épaule engagé défensivement par Tielemans – toujours aussi insuffisant qu’en 1ère mi-temps – se devait d’être sanctionné d’un pénalty. Douteux ? Le mot est faible. ‘De complaisance’ serait plus approprié.

Un effort de Gillet aurait encore mérité mieux, tandis que le sifflet de Gumienny attrapait soudain une angine sur un pénalty commis sur Ezekiel... Mais tant qu’on ne jouera pas les deux mi-temps des matches, on ne prendra pas souvent les trois points, amen.

À la télé, les ineffables duettistes de choc que sont les Philippe – Héreng et Albert – trouvaient ce partage justifié. On leur rappellera qu’à la 78ème, Kawaya remplaça Tielemans. Était-ce pour nous renseigner sur leur manière de regarder les matches que ces (drôles de) zèbres signalaient encore Youri dans des actions jusqu’à dix minutes plus tard ?

 

150920 Chilouvision Alors je mets pas l autre non plus na 3.jpg

Bon, on ne va pas encore s’énerver, car on ne joue toujours que pour un point et demi. Mais est-ce vraiment une bonne idée d’accuser déjà quatre unités de retard sur Ostende, après seulement huit matches ?

Tu dis ? Les autres c’est pis ? Oui, mais les autres, ce n’est pas Anderlecht...

 

 

 

Les commentaires sont fermés.