17/09/2015

Chilouvision : Vous montez, Charles ?

 

 

150917 Chilouvision Vous montez Charles 1.jpg

On était optimiste, mercredi soir, après la bonne prestation des Gantois face à l’Olympique Lyonnais. On le sait, les Gones ne sont plus ce qu’ils étaient, mais seule la contestable prestation de l’arbitre écossais William Collum leur permit de repartir dans les environs du Beaujolais avec un point.

 

150917 Chilouvision Vous montez Charles 2.jpg

Ce jeudi, tout150917 Chilouvision Vous montez Charles 4.jpgefois, la déroute des Boeren à Naples éteignit quelque peu la flamme qui brillait dans tes yeux, ma belgicaine, ma tricolore, ma jupilériste : surclassés dans tous les compartiments du jeu, tant au plan collectif qu’au niveau individuel, les éternels prétendants au titre national furent ridiculisés par les petits copains de Dries Mertens – qui en prit deux à son compte, avec un sourire qui en disait long sur le plaisir qu’il éprouvait à entasser les Blauw & Zwart.

Il n’était pas seul à se moquer de l’impuissance brugeoise : dans la twittosphère, si certains se montraient sport, d’autres n’y allaient pas avec le dos de la cuiller. Heureusement que les Brugeois avaient droit à la version napolitaine de Lara Croft pour se consoler de la triste exhibition des cancres de Michel Preudhomme.

 

150917 Chilouvision Vous montez Charles 3.jpg

Le Sporting entamait la rencontre avec une certaine circonspection, laissant d’abord l’initiative aux Monégasques, venus avec la bonne vieille mentalité de la Ligue 1 en déplacement, c’est-à-dire sans avant de pointe spécifique. Comme par un fait exprès, c’est Gillet, le transfuge Mauve du championnat français qui débloquait le compteur dès la 11ème minute en reprenant victorieusement un long centre de Praet, dont le début de match confirmait le retour en forme progressif.

Dans la foulée, Okaka en faisait voir de toutes les couleurs à son garde-chiourme et on passait à plusieurs reprises très près du 2-0.

Monaco revenait dans le match à partir de la 26ème, avec une mine décochée des vingt mètres par Coentrao. On atteignait le repos un peu à la cravache, avec un carton jaune pour Suarez à la 41ème et un autre pour Elderson quatre minutes plus tard.

Globalement, le Sporting avait développé un jeu satisfaisant durant ces premières quarante-cinq minutes au cours desquelles on dira aimablement que les occasions de but ne se bousculèrent pas.

 

150917 Chilouvision Vous montez Charles 5.jpg

Changement tactique pour Monaco à la reprise, avec l’introduction de Traoré, qui laissait immédiatement sa signature dans les breloques de Leander Dendoncker, avant de s’appliquer à passer inaperçu – jusqu’à la 84ème, sa race...

Grosse occasion pour le Sporting à la 59ème quand un centre d’Okaka trouvait Obradovic qui concluait trop mollement sur le keeper montecarlesque – car à la longue, ‘monégasque’, ça fait chier et la 2de mi-temps est moins plaisante que sa devancière. Tu dis ? Tu voudrais que je te raconte une blague pour faire passer le temps ? T’es dingue, hein ! Pendant un match du Sporting, sacrilège !

D’ailleurs, El Shaarawy est entré au jeu et lui, on sait qu’il est bon !

Premier remplacement au Sporting à la 73ème : Acheampong entre au jeu pour Suarez, à créditer d’un bon match même s’il n’arrive toujours pas à cadrer convenablement ses tirs.

En attaque, Okaka semble un peu cuit : il a couru sur tous les ballons, tentant sa chance à de nombreuses reprises, faisant copieusement suer ses opposants. Le problème est qu’en l’absence de Sylla, il n’y aurait qu’Ezekiel pour le remplacer et que ce dernier n’a pas du tout le même profil que l’armoire à glaces italienne. On commence à décompter les secondes, tandis que Monaco accumule les corners...

Faute d’antijeu grossière de Wallace sur Acheampong à la 80ème : l’arbitre se montre d’une incompréhensible mansuétude envers le munichois – en italien, Munich se dit Monaco – en ne lui montrant que le jaune (on est supporter ou on ne l’est pas car il n’était pas complètement dernier homme).

On a vu Defour grimacer après avoir tendu la jambe pour empêcher une passe adverse d’aboutir. Michael Heylen le remplace à la 83ème, juste avant que, sur une stupidité deschachtienne, Traoré n’égalise de la tête après un arrêt miraculeux de Proto sur une patate d’El Shaarawy.

On aura encore droit à un loupé exceptionnel d’Ezekiel à la 91ème, après un mouvement génial d’Okaka... Quand je pense à tous ceux qui voudraient le voir titulaire à la place de Suarez, je me demande ce qu’ils ont aux yeux : il était bon au Standard, il ne ressemble à rien à Anderlecht.

D’une façon générale, on n’a plus le ballon et ce n’est pas sans un certain soulagement que l’on entend l’arbitre Zelinka – pas toujours très au point – siffler la fin du match.

La prochaine rencontre verra les Mauves aller s’expliquer à Bakou contre Qarabag, qui est allé gagner 0-1 à Tottenham : qui a parlé d’un petit poucet ? Et quel est le péquenaud qui a inventé cette connerie en fonction de laquelle un match devrait durer 90 minutes voire même un peu plus juste pour le plaisir de me faire écrire des incertitudes ? Un gros malin qui savait que j’irais boire des verres chez Bea après le match du Sporting et qui a fait caler le stream sur lequel je matais Tottenbag – Qaraham sans que je ne m’en aperçusse ? Eh bien, osons le dire : les Totteleirs finirent par l’emporter 3-1 ! Tu dis ? Ils ont sûrement triché ? Eh bien, fondamentalement, ça ne m’étonnerait pas !

Pour en revenir au Sporting, tenir la distance physiquement, c’est quelque chose qui s’appelle gérer ses efforts. Du nom d’un concept qui n’a pas l’air d’avoir déjà été intellectuellement bien intégré cette saison. Plaît-il ? Merde, chérie ! Où es-tu allée chercher que j’avais l’ambition de tenir le coup 90 minutes ?

Les commentaires sont fermés.